"Je lis dans ma commune" : il faut pérenniser l'opération !

 

Source : http://www.matele.be/pas-d-operation-je-lis-dans-ma-commune-en-2017


En séance plénière du Parlement wallon le 15 février dernier, j'ai interrogé le nouveau Ministre des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, sur la non-reconduction de l'opération "Je lis dans ma commune" pour son édition 2017. Le Ministre n'a pu que me confirmer l'absence de subsides wallons et ce, pour réaliser des économies... alors même que la Wallonie est à l'initiative du projet. Je regrette fortement ce choix et relaie d'ailleurs la position de dizaines de communes qui sont affectées par la décision

Durant 15 éditions consécutives, menées avec franc succès, cette opération a permis à des milliers de Wallons et Bruxellois de s'adonner à la lecture via des rallyes littéraires, des rencontres avec des auteurs, des concours de nouvelle ou encore des ateliers d'écriture. En 2016, ce sont quelques 140 communes sur tout le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui ont, par le biais du collège communal ou d'acteurs culturels, initié au total 350 projets ! L'opération était subsidiée conjointement par la Wallonie, la Région de Bruxelles-Capitale, la Fédération Wallonie-Bruxelles, La Première, le journal Le Soir ainsi que la Loterie nationale qui, en outre, remettait aux meilleurs projets des milliers de chèques-livres à faire valoir en librairie.

Mais aujourd'hui, tout un travail est anéanti. À peine deux mois et demi avant le lancement de l'édition 2017 (qui devait avoir lieu du 23 avril au 3 mai prochain), il est très dommageable que ce projet ne voit pas le jour puisque les communes et les associations avaient déjà entamé le travail pour cette nouvelle édition. Je m'étonne d'ailleurs de ce délai si tardif et ne manquerai pas de demander des éclaircissements au Ministre Dermagne. Aussi, j'interrogerai rapidement la Ministre de la Culture, Alda Gréoli, sur les alternatives envisagées et, surtout, sur l'importance de maintenir des activités culturelles en zone rurale. En effet, je suis très vigilante à ce que l'accès à la culture soit réparti de manière équitable entre les grands pôles urbains et les régions plus isolées. Dans tous les cas, la fin de cette opération n'est pas de nature à me rassurer. C'est la raison pour laquelle, je compte bien suivre le dossier et faire en sorte que cette opération soit pérennisée.